A+   A-

 

palais de justice
montpellier
Programme

 

Tribunal de Grande Instance

Tribunal d’Instance

Fiche technique

 

Maître d’ouvrage : Ministère de la Justice • D.G.P.P.E.

 

Surface : 13 000 m² SHO

Montant des travaux :130 MF ht

Concours : 1992

Conception : 1992

Livraison : 1996

Chefs de Projet : Bruno Augry

Maître d’œuvre associé : Antoine Garcia Diaz


Coordination Chantier : Jean Planes Atelier Antoine Garcia Diaz

Paysage : Liliane Grunig Tribel

Éclairage : Georges Berne (L’Observatoire 1)

Économie et bureaux d’études : INGEROP SEEE

Génie climatique : Hubert Penicaud

Fluides : INGEROP SEEE

Entreprise : Groupement Dumez-Bec

Palais de justice de Montpellier, cour principale Palais de justice de Montpellier, salle des pas perdus Palais de justice de Montpellier, superposition étude sur photo de site Palais de justice de Montpellier, vue aérienne Palais de justice de Montpellier, un des patios semi-circulaires extérieurs Palais de justice de Montpellier, une des salles d'audience Palais de justice de Montpellier, hommage aux plus de 500 travailleurs du chantier Palais de justice de Montpellier, accueil du public Palais de justice de Montpellier, une des circulations publiques Palais de justice de Montpellier - étude de concours -salle des pas perdus Palais de justice de Montpellier - transparences - vers la cour principale - la bibliothèque - le jardin du Peyrou Palais de justice de Montpellier, plan rez-de-chaussée Palais de justice de Montpellier, salle des pas perdus Palais de justice de Montpellier, schéma explicatif du processus de conception Palais de justice de Montpellier, respect d'horizontalité imposée par rapport au jardin du Peyrou Palais de justice de Montpellier, circulation publique écartée des parois permettant à la lumière zénithale de filtrer d'un étage à l'autre Palais de justice de Montpellier, transparences vers la cour principale Palais de justice de Montpellier, étude d'une des salles d'audience - lumière zénithale qui apporte une présence 

 

Projet

 

Enrichir le quartier par la mise en place d’un bâtiment reflétant le caractère spécifique de l’institution.

 

Créer un lieu ouvert et clair, dans lequel l’individu (personnel et usagers) puisse se sentir respecté et compris.

 

Conjuguer monumentalité et échelle humaine, pour tenter de réduire l’angoisse des usagers.

Réalisation

 

En plein cœur historique de la ville, l’accès au Palais de justice se fait par paliers successifs – espaces de transition – en prolongement de la Place royale du Peyrou.

 

Le vocabulaire constructif est volontairement clair et lisible. Le travail effectué, sur les notions de verticalité, d’ouverture, apporte des valeurs autres que celle de la justice proprement dite. 

Les salles d’audience viennent se greffer sur la grande salle des Pas perdus, épine dorsale de la construction. Des espaces de déambulation s’organisent autour.

À la clarté fonctionnelle du lieu s’ajoute une clarté spatiale et volumétrique.

Tous les bureaux, traités comme des alcôves, sont tournés vers l’extérieur.

La lumière zénithale est diffusée généreusement dans tout le bâtiment.

 

L’usage du béton apparent, de la pierre naturelle à l’extérieur, du bois et des couleurs chaudes à l’intérieur, crée un lieu fortement présent et accueillant.